Poème en Occitan, dialecte Limousin
sur le village d'Auriac-du périgord et la saint-Remy

Poesia en Occitan Limousin subre lo vilatge d'Auriac dau Peiregòrd e lo pelerinatge a Sent Remedi

Ecouter le poème.

Auriac dau Peiregòrd
Poème de Georges Dufour publié dans "Périgord Moun Pays" en mai 1952
Transcription en graphie occitane standardisée.


Dins lo valon de la Laurença,
Agrumelat per la defensa,
Un pitit borg es acatat ;
En Peiregòrd, disen Auriac.

Quauques maisons mal niveladas,
Ormes, platanas e nogiers,
Quasi vos cluquen las teuladas ;
Ne'n persa mas lo vièlh clochier.

Tot pitit ríu, pitas maisons,
Pita placeta, pitas ruas ;
Galaupejaires, pausatz-vos,
Quitatz la rota, davalatz.

Vos que lo bruch fa tremesir,
Quand auretz fach dins quel valon
Un pitit torn, seretz sasits
D’èsser, del monde fòl, tant lonh.

E si voliatz saber las jòias
Deus benurós del paradís,
Montariatz veire, jos las fuèlhas,
Chas lo curet, dins son jardin.

Contre lo potz, dins los ombratges,
Auviriatz res, mas la cigala ;
Sabi enluèc dins los paratges
Que sià d’una doçor egala.

Mas, per un còp, s’es desvelhat
Nòstre valon de Peiregòrd,
E desjà, dempuèi la velha
Quò aviá l’aire d’anar pus fòrt.

Au, mas, que quò's ? Lo monde venen
De tos los biais, a plen chamins ;
Lo borg brundís, las clòchas sonen ;
Sem al mes d’aòst, quò's Sent Remedi.

Quand lo monde son arribats,
La procession s’estira, bèla,
Sur lo chamin de la chapèla,
Ont van prejar los eschambats

Fretatz-vos qui, fretatz-vos lai,
Paubres estrupiats de chas nos ;
Lo mal se'n vai, lo mal se'n vai,
Grand Sent Remedi, garís-los!

Traduction française
Dans le vallon de la Laurence
Aggloméré pour la défense
Un petit bourg est accroupi ;
En Périgord, on l'appelle Auriac.

Quelques maisons mal nivelées,
Ormes, platanes et noyers,
Vous cachent quasiment les toits ;
N'en dépasse que le vieux clocher.

Tout petit ruisseau, petites maisons,
Petite placette, petites rues ;
Promeneurs, reposez vous,
Quittez la route, descendez.

Vous que le bruit fait frémir,
Quand vous aurez fait dans ce vallon
Un petit tour, vous serez saisis,
Du monde fou, d’être si loin.

Et si vous vouliez connaître les joies
Des bienheureux du Paradis,
Vous monteriez voir, sous les feuilles
Chez le curé, dans son jardin.

Près du puits, sous les ombrages,
Vous n’entendriez rien, que la cigale ;
Je ne sais nulle part dans les parages,
Qui soit d’une douceur égale.

Mais pour une fois, il s’est réveillé
Notre vallon du Périgord,
Et déjà, depuis la veille
Ça avait l’air d’aller plus fort.

Ho, mais, qu’est-ce ? Les gens viennent
De tous cotés, à pleins chemins ;
Le bourg bourdonne, les cloches sonnent ;
Nous sommes au mois d’août, c’est la Saint Rémy.

Quand tout le monde est arrivé,
La procession s’étire, belle,
Sur le chemin de la chapelle,
Où vont prier les éclopés.

Frottez-vous ci, frottez-vous là,
Pauvres estropiés de chez nous ;
Le mal s'en va, le mal s’en va,
Grand Saint Rémy, guéris-les!